Sauter la navigation

Contrôles du lecteur multimédia

 

Commentaires

Notes personnelles
Commentaires publics
More
Show All
Voulez-vous publier un commentaire? Veuillez ou s’inscrire pour un nouveau compte.

Informations de l'exposé

Poésie hébraïque, poésie arabe – un lieu de rencontre ?
Michèle Tauber, Andréa Lauterwein
Dans le cadre de la « MIL en chantier » n° 3, le département d’hébreu et son laboratoire de recherche – CEAO, Centre d’Etudes Arabes et Orientales - ont invité à Paris 3 – Sorbonne Nouvelle pendant la semaine du 4 au 11 octobre 2015 deux poètes israéliens : Hamoutal Bar Yosef, poétesse en langue hébraïque, et Naïm Araïdi, poète en langue arabe et hébraïque, traducteur de poésie hébraïque en arabe, ainsi que Michel Eckhardt-Elial, traducteur de poésie hébraïque en français et fondateur de la revue Levant, qui se veut un lieu de rencontres et d’échanges entre poètes de la Méditerranée. A notre grande tristesse, Naïm Araïdi est décédé quelques jours avant la rencontre. Mardi 6 octobre, Hamoutal Bar Yosef et Michel Elial ont rendu hommage à Naïm Araïdi, évoquant chacun leur amitié avec le poète druze et l’engagement de celui-ci dans les deux langues qu’il a pratiquées avec un égal bonheur : l’arabe et l’hébreu. Ils ont ensuite dialogué autour de la poésie composée en Israël et ses traductions en plusieurs langues. Hamoutal Bar-Yosef est née en 1940 en Palestine mandataire dans une famille originaire de Russie. Elle fait entendre une voix particulière dans la poésie hébraïque : d’un côté le sentiment d’une vie marquée par le malheur, l’échec et le manque. D’autre part, une force vitale à toute épreuve, une sensualité marquée et la capacité de transformer toute situation en événement intellectuel. Naïm Araydi, (1950-2015) né dans un village de Galilée, fait partie de la communauté druze d’Israël. Il écrit à la fois en arabe et en hébreu et traduit de la poésie israélienne en arabe et de la poésie arabe en hébreu. Il se définit lui-même alternativement comme poète arabe-hébreu et hébreu-arabe.La dualité constitue la pierre angulaire de sa poésie dans la mesure où il vit entre deux univers et est engagé dans la vie culturelle, politique et sociale à la fois des juifs et des arabes. Conseils de lecture -Les Editions Caractères ont publié en 2013 un recueil de Hamoutal Bar Yossef en édition trilingue : Lieu douloureux, hébreu-français-arabe, un bon nombre de poèmes étant traduits de l’hébreu en arabe par Naïm Araydi. - Les Editions Stavit ont publié en 2003 : Nés en Israël : Miron Izakson – Naïm Araydi, deux voix pour la paix , également en édition trilingue, les poèmes étant tous traduits de l’hébreu par Michel Eckhard-Elial. - Michel Eckhard-Elial a par ailleurs publié à plusieurs reprises des poèmes de Naïm Araydi dans sa revue Levant.
16/10/2015 631 affichages

Partager